Les Nations Unies et le Canada

Accueil » Auteurs

Auteurs

Qui

Le Mouvement fédéraliste mondial-Canada est un organisme sans but lucratif voué à la recherche, à l’éducation et au plaidoyer. Les Fédéralistes mondiaux soutiennent l’application des principes du fédéralisme dans les relations internationales afin que la gouvernance mondiale devienne plus équitable, juste et démocratiquement responsable.

Warren Allmand

L’honorable Warren Allmand – P.C., O.C., C.R. – est le président national du Mouvement fédéraliste mondial pour le Canada. Il a été président de Droits et Démocratie (le Centre international des droits de l’homme et du développement démocratique) de 1997 à 2002. Auparavant il a été membre du Parlement pendant 30 ans au cours desquels il a occupé plusieurs postes ministériels, dont ceux de Solliciteur général, ministre des Affaires indiennes et du Nord, et Ministre de la Consommation et des Affaires commerciales.

Un monde, une race humaine, des droits de la personne universels (2014)

Les Nations Unies: Le respect des droits de la personne au cœur de la paix dans le monde (2013)


Lloyd Axworthy

Jusqu’en juillet 2014, le Dr. Axworthy a été président et vice-chancelier de l’Université de Winnipeg. Sa carrière politique s’est étendue sur 27 ans dont six ans à l’Assemblée législative du Manitoba et vingt-deux au Parlement fédéral. Il a occupé plusieurs postes ministériels dont ministre de l’Emploi et de l’Immigration, ministre responsable pour le Statut de la Femme, ministre des Transports, ministre du Développement des ressources humaines, ministre de la Diversification économique de l’Ouest et ministre des Affaires étrangères de 1996 à 2000. En 1961, il a obtenu un BA du United College (maintenant l’Université de Winnipeg) et un MA et un Ph.D. de l’Université Princeton.

Quand le Canada va-t-il revenir aux Nations Unies? (2014)

Le Canada et la Responsabilité de Protéger (R2P) (2013)


Michael Byers

Michael Byers enseigne à l’Université de Colombie britannique où il est titulaire de la Chaire de Recherche du Canada en politique mondiale et droit international. Son travail porte sur la politique étrangère canadienne, y compris l’Arctique, le changement climatique et le recours à la force militaire. Le Dr. Byers a été Fellow au Jesus College de l’Université d’Oxford et professeur de droit à l’Université Duke. Il a également enseigné comme professeur invité aux universités de Cape Town, Tel Aviv, et Novosibirsk. Le Dr. Byers est l’auteur de sept ouvrages, dont «International Law and the Arctic » (le droit international et l’Arctique) qui vient d’être publié par Cambridge University Press.

L’ONU et le droit de la mer: de l’Arctique à la Mer de Chine méridionale (2014)

L’ONU et le droit de la mer: de l’Arctique à la mer de Chine méridionale (2013)


Ferry de Kerckhove

Ferry de Kerckhove est entré au ministère des Affaires étrangères en 1973. Il a été en poste en Iran, à l’OTAN, à Moscou, Haut-commissaire au Pakistan, ambassadeur en Indonésie, ambassadeur en Égypte. Il a pris sa retraite en 2011. Il est chercheur invité à l’École supérieure des affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa, chercheur à l’Institut canadien de la défense et des affaires étrangères et Vice-président exécutif de l’Institut de la Conférence des Associations de Defence. Il siège au Conseil de WIND Mobile Canada et est président de Ferry de Kerckhove International Consultants Inc.

Le Canada: absent et invisible (2014)

Le Canada et les Organisations internationales : un peu de reconnaissance s’il vous plait (2013)


Walter Dorn

A. Walter Dorn est professeur en études de défense au Collège royal militaire et au Collège des forces canadiennes. Il enseigne à des officiers supérieurs et intermédiaires du Canada et d’une vingtaine d’autres pays. Il siège actuellement au groupe d’experts de l’ONU sur la technologie et l’innovation dans le maintien de la paix à l’ONU.

Impréparés pour la Paix : Une décennie de déclin du maintien de la paix canadien (2014)

Impréparés pour la paix : une décennie de déclin du maintien de la paix canadien (2013)


Yves Fortier

Yves Fortier est reconnu comme un des meilleurs arbitres au monde. Depuis le 1er  janvier 2012, il est praticien privé auprès de bureaux à Montréal, Toronto et Londres. Au cours des 20 dernières années, il a été président ou arbitre désigné auprès de plus de 100 tribunaux d’arbitrage internationaux, soit ad hoc soit établis par différentes institutions arbitrales.

Il est ancien président de l’Association canadienne du barreau. De 1984 à 1989, il a été membre de la Cour permanente d’arbitrage de La Haie. De 1998 à 2001, il a été président de la Cour d’arbitrage international de Londres. De juillet 1988 à janvier 1992, M. Fortier a pris congé de sa pratique du droit pour devenir ambassadeur et représentant permanent auprès des Nations Unies à New York.

Le Canada et le Conseil de Sécurité hier et aujourd’hui : une vue de l’intérieur (2013)


Robert Fowler

Bob Fowler a été conseiller de politique étrangère des Premiers ministres Trudeau, Turner et Mulroney, Sous-ministre de la Défense nationale, l’ambassadeur canadien ayant servi le plus longtemps à l’ONU, ambassadeur en Italie et représentant personnel pour l’Afrique des Premiers ministres Chrétien, Martin et Harper. Il a pris sa retraite en 2006 et est maintenant professionnel en résidence à l’École supérieure des Affaires publiques et internationales.

Pourquoi le Canada n’a pas été élu au Conseil de Sécurité il y a quatre ans et pourquoi nous ne serons jamais élus à moins d’un changement fondamental dans notre politique étrangère (2014)

Pourquoi le Canada n’a pas été élu au Conseil de Sécurité il y a deux ans et pourquoi nous ne serons jamais élus tant qu’il n’y aura pas eu de changement fondamental dans notre politique étrangère (2013)


Louise Fréchette

Madame Louise Fréchette est présidente du Conseil de CARE Canada et est membre du Conseil de CARE International. De 1998 à 2006, Madame Fréchette a été Vice-Secrétaire général des Nations Unies. Avant ce mandat, elle a poursuivi une carrière au sein de la fonction publique du Canada. Elle a été ambassadeure en Argentine et en Uruguay (1985-1988), ambassadeure et représentante permanente auprès des Nations Unies (1992-1988), sous-ministre associée des Finances (1995) et sous-ministre de la Défense (1995-1988). Madame Fréchette a fait ses études à l’Université de Montréal et au Collège de l’Europe à Bruges. Elle a reçu de nombreuses distinctions et diplômes honorifiques. Elle est Officier de l’Ordre du Canada.

Reformer l’ONU, une étape à la fois (2014)


Gilles Gingras

M Gingras a pratiqué le droit dans le bureau de Jacques Flynn et Associés de la ville de Québec. Postes occupés aux Affaires étrangères : New York, Abidjan, Paris, Washington et Oslo (avec accréditation pour l’Islande). De 1987 à 1993, Bureau des orgnisations internationales et du Commonwealth.

En 2003, chargé du cours sur les Organisations internationales à l’École de Politique appliquée de l’Université de Sherbrooke. Depuis 2004, à titre de vice-président de l’Association candienne pour l’ONU du Grand Montréal, il donne des conférences sur la Convention sur la diversité des expressions culturelles.

L’ONU, le Canada et l’Organisation internationale de l’Aviation civile (2013)


Christian Holz

Le Dr. Christian Holz est actuellement chercheur post-doctorant du CRSH à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa. Avant de se joindre à celle-ci, il a été directeur exécutif du Réseau Action Climat Canada, un réseau de près de 100 organismes consacrés à faire progresser l’action sur le changement climatique à tous les niveaux de gouvernement au Canada. Au cours de la dernière décennie, il a aussi œuvré au sein du Climate Action Network International, notamment dans le cadre de leurs activités de promotion auprès de l’ONU au sein des négociations sur le changement climatique. Ses principaux intérêts de recherche portent sur le rôle de l’équité et de l’intégrité comme facilitateurs d’une action ambitieuse en matière de politique nationale et internationale sur le changement climatique et sur le rôle de la société civile dans la politique internationale sur le changement climatique.

Le Canada, un paria dans l’univers du changement climatique (2014)


Naomi Kikoler

Naomi Kikoler est une avocate canadienne des droits de la personne qui est directrice de la politique et de la promotion au Global Centre for the Responsibility to Protect à New York. Diplômée de l’Université de Toronto, d’Oxford et de la faculté de droit de McGill, elle a travaillé pour les Nations Unies, Amnistie internationale, Brookings Institution et est conseillère auprès d’organisations sur la prévention des conflits et les atrocités de masse ainsi qu’en droit international humanitaire et des droits de la personne.

R2P – Revenir au jeu? Plus facile qu’on ne le croit! (2014)


Shannon Kindornay

Shannon Kindornay est recherchiste à l’Institut Nord-Sud. Ses intérêts recouvrent la coopération au développement, la gouvernance de l’architecture de l’aide, l’efficacité de l’aide, et l’aide et le secteur privé. À l’heure actuelle elle travaille sur une étude d’envergure sur la façon dont les objectifs de développement durable peuvent être appliqués au Canada. Elle détient une maîtrise de la Norman Paterson School of International Affairs (NPSIA) de l’Université Carleton et un BA en études mondiales et science politique de l’Université Wilfrid Laurier.

Les objectifs de développement durable post-2015 de l’ONU et le Canada (2014)


Peter Langille

Le Dr. H. Peter Langille est chercheur invité au Centre for Global Studies de l’Université de Victoria. Il a été un des premiers récipiendaires du Prix d’excellence à vie Hanna Newcombe du Mouvement fédéraliste mondial – Canada pour ses nombreuses contributions à l’appui d’opérations de la paix de l’ONU plus efficaces.

Revitaliser an Agenda pour la Paix (2014)

Comment se Préparer pour la paix (2013)


Peggy Mason

Peggy Mason est présidente de l’Institut Rideau sur les Affaires internationales. Quand elle était Ambassadeure pour le Désarmement auprès de l’ONU, elle présida des études d’experts de l’ONU sur la vérification du désarmement et la réglementation des armes légères et de petit calibre. Depuis 1996, Peggy Mason s’est particulièrement concentrée sur la consolidation de la paix post conflit de l’ONU et sur le rôle des forces militaires à l’appui d’un processus de paix global. Elle travaille avec plusieurs organisations et initiatives de la société civile, y compris la promotion par la société civile de pourparlers de paix en Afghanistan. En 2003, Peggy Mason a été intronisée dans la Société d’honneur de la faculté de droit commun de l’Université d’Ottawa.

Pourquoi le maintien de la paix de l’ONU est indispensable (2014)


Carolyn McAskie

Carolyn McAskie a fait carrière à L’Agence canadienne de développement international et y a été sous-ministre adjointe (SMA) pour les affaires multilatérales, et SMA pour les programmes en Afrique. Elle a passé presqu’une décennie complète aux Nations Unies en tant que Secrétaire générale adjointe pour les Affaires humanitaires, comme RSSG auprès de la mission de l’ONU au Burundi et SGA pour la Consolidation de la Paix (présidant au lancement de la Commission de Consolidation de la Paix nouvellement créée aux Nations Unies). Elle a été en poste au Kenya, au Secrétariat du Commonwealth à Londres et comme Haut-Commissaire du Canada au Sri Lanka, ainsi qu’au Burundi avec l’ONU. Carolyn McAskie a joué un rôle important dans des négociations politiques, développementales et financières en tant que déléguée canadienne auprès des Fonds et Programmes de l’ONU et des Institutions financières internationales; comme membre de l’équipe de facilitation du processus de paix au Burundi, à Arusha sous l’égide de feu Julius Nyerere, ancien président de la Tanzanie; comme envoyée du Secrétaire général pout la crise humanitaire en Côte d’Ivoire; et comme haut fonctionnaire du gouvernement canadien et des Nations Unies.

Préface: Ce que le Canada a apporté à l’ONU et ce qu’il devrait faire aujourd’hui (2014)

L’intérêt bien compris du Canada et les Nations Unies (2013)


Marilou McPhedran

Marilou McPhedran est une avocate des droits de la personne qui a été doyenne du Global College de l’Université de Winnipeg au cours de ses années de fondation de 2008 à 2012 et elle enseigne actuellement les droits de la personne au Collège. En 1997, Marilou a fondé le Projet international des droits des femmes (IWRP) lorsqu’elle était à l’Université York mais qui est maintenant basé au Centre for Global Studies de l’Université de Victoria.

Elle dirige à l’heure actuelle l’Institut international des droits des femmes à l’Université de Winnipeg où elle enseigne. Elle est la seule Canadienne à être invitée par le Haut-Commissaire pour les droits de l’homme à faire une présentation à la 23ième session du Conseil des droits de l’Homme dans un panel intitulé : Établir les priorités pour l’avenir : Renforcer le travail du Conseil des droits de l’homme et d’autres organismes et processus intergouvernementaux dans le domaine de la violence contre les femmes.

L’ONU, les femmes à l’ONU et le Canada (2013)


Errol Mendes

Errol Mendes est professeur de droit constitutionnel, de droits de la personne et de droit international à l‘Université d’Ottawa. En 2009, il a été professionnel invité à la Cour pénale internationale et il est actuellement chercheur invité à la Harvard Law School.

Le Canada, son dossier au titre des droits de la personne et l’ONU (2013)


Alex Neve

Alex Neve est Secrétaire général d’Amnistie internationale Canada depuis 2000. A ce titre, il a effectué un grand nombre de missions de recherche sur les DDH en Afrique et en Amérique latine, ainsi qu’au Canada. Il s’adresse à de nombreux auditoires au pays, évoquant une vaste gamme de questions relatives aux DDH. Il a comparu à de nombreuses reprises devant des comités parlementaires et des organes de l’ONU. Il est un fréquent commentateur dans les médias. Alex est avocat et a obtenu son diplôme en droit (LLB) de l’Université Dalhousie et une maîtrise en droit international des DDH de l’Université d’Essex. Alex a été nommé officier de l’Ordre du Canada, Mentor de la Fondation Trudeau et a obtenu un doctorat honoris cause de l’Université du Nouveau Brunswick.

Le Canada, les droits de la personne et l’ONU: tout commence à domicile (2014)


 

Diana Rivington

Diana Rivington est professionnelle en résidence à la faculté de sciences sociales de l’Université d’Ottawa avec une affectation inter poste à l’École de développement international et mondialisation et à l’Institut d’études féministes et de genre. Elle est aussi un consultant avec expertise en égalité des sexes et en équité sociale. Elle a eu une longue carrière à l’Agence canadienne de développement international (ACDI) où son dernier poste était celui de directrice du développement humain et de l’égalité des genres. Madame Rivington est membre du groupe McLeod Group.

L’égalité des genres et les Nations Unies: est-ce que le Canada peut revenir dans la course? (2014)


 

Douglas Roche

L’honorable Douglas Roche, O.C., est un écrivain, parlementaire et diplomate qui s’est spécialisé tout au long de sa carrière de 40 ans au service de l’état dans le domaine de la paix et de la sécurité humaine. M. Roche a été sénateur, député, ambassadeur du Canada pour le désarmement et professeur invité à l’Université d’Alberta. It a été élu président de la Commission du désarmement des Nations Unies lors de la 43ième Assemblée générale en 1988. En 2009, il a reçu le Prix de reconnaissance pour services exceptionels de l’Association canadienne des anciens parlementaires pour avoir “promu le bien être humain, les droits de la personne et la démocratie parlementaire au Canada et à l’étranger.” En 2012, le Bureau international de la Paix a proposé sa nomination pour le Prix Nobel de la Paix.

Le Canada et le mouvement humanitaire pour abolir les armes nucléaires (2014)

Le rôle du Canada dans l’interdiction des armes nucléaires (2013)


Alan Rock

Allan Rock est Président et vice-chancelier de l’Université d’Ottawa, un poste qu’il occupe depuis juillet 2008. En 2003 il a été nommé ambassadeur du Canada auprès des Nations Unies où il s’est avéré un défenseur acharné des droits de la personne, de la sécurité humaine et de la réforme de l’ONU. Lors du Sommet mondial de 2005, il a été l’artisan par excellence de la campagne canadienne pour faire adopter la doctrine de la « responsabilité de protéger » par les leaders mondiaux. Celle-ci vise à renforcer la capacité de l’ONU de protéger les populations contre le génocide, l’épuration ethnique, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité.

En 1993, il fut élu membre du Parlement pour Etobicoke-Centre et nommé ministre de la Justice et Procureur général du Canada. Il a aussi été ministre de la Santé, ministre de l’Industrie et ministre de l’Infrastructure.

Ce texte a beaucoup bénéficié du travail effectué par David Malone en 2006 et de l’assistance de recherche fournie par Anaïs Desjardins-Charbonneau.

L’art de choisir le Secrétaire général: comment améliorer le processus (2014)


Julia Sanchez

Julia Sanchez est la présidente-directrice générale du CCCI (Conseil canadien pour la coopération internationale) depuis août 2011. Elle est arrivée au CCCI après 18 années d’expérience dans des postes
de gestion du développement international de haut niveau, dont 13 ans passés dans les pays en développement. Avant de se joindre au CCCI, elle était la directrice de campagnes régionale et nationale pour la Campagne mondiale sur l’action pour le climat. Elle a également été à l’emploi du Centre d’études et de coopération internationale (CECI) pendant 14 ans, l’une des plus grandes et plus anciennes organisations de développement international au Canada.

La société civile et l’ONU : un partenariat pour l’avenir (2013)


Ian Smillie

Ian Smillie a vécu et travaillé au Sierra Leone, au Nigéria, et au Bengladesh. Il est le fondateur de l’ONG canadienne Inter Pares, a été directeur exécutif de SUCO. Il a travaillé aux universités Tufts et Tulane et comme consultant en développement auprès de nombreuses organisations canadiennes, américaines et européennes. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont The Charity of Nations: Humanitarian Action in a Calculating World (2004, avec Larry Minear), Freedom from Want (2009) et Blood on the Stone: Greed, Corruption and War in the Global Diamond Trade (2010). Ian Smillie a participé à la création du Processus de Kimberley et il préside la Diamond Development Initiative.

Les Nations Unies et l’Aide Humanitaire : Un peu de respect (2014)

Le Canada et le travail humanitaire de l’ONU(2013)


John Trent

Professeur depuis 1971 et ancien directeur au Département de science politique à l’Université, il est devenu Chercheur au Centre d’études sur la Gouvernance à l’Université d’Ottawa. Ses publications comprennent : “The need for rethinking the United Nations: modernizing through civil society”, (in Bob Reinalda ed., Routledge Handbook of International Organization, Abingdon, Routledge, 2013: pp.391 – 402); Modernization of the United Nations System: Civil Society’s Role in Moving from International Relations to Global Governance, (Barbara Budrich Publishers, Upladen, Germany, 2007); The United Nations System (with Chadwick Alger and Gene Lyons, Tokyo, United Nations University Press 1995). Il fut Secrétaire général de l’Associatipn internationale de science politique (AISP) de 1976 à 1988, Président de la Société québécoise de science politique en 1995-96, et vice-président fondateur du Conseil universitaire sur les Nations Unies (1988-91).

Repenser les Nations Unies (2014)

Repenser l’ONU (2013)


Kathryn White

Kathryn White est la Présidente et directrice générale de l’Association canadienne pour les Nations Unies (ACNU), un poste qu’elle occupe depuis 2004. Elle est également présidente élue du Conseil de la Fédération mondiale des associations pour les Nations Unies (FMANU). Avant l’ACNU, elle a assuré la direction de Black & White Inc., une firme de consultants internationale établie à Ottawa qui se spécialise dans la recherche sur les politiques sociales, les questions étrangères et le développement. Madame White a publié divers articles sur le rôle de la société civile dans les épidémies mondiales – qui a suscité un changement dans l’architecture de la réponse de l’ONU à la grippe aviaire, sur l’intégration de la dissidence dans des conférences mondiales, et sur les perceptions des facilitateurs dans la négociation de l’accord de Vendredi Saint en Irlande du Nord.

Perceptions canadiennes des Nations Unies (2014)

L’ONU et les objectifs de développement post-2015 (2013)


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :