Les Nations Unies et le Canada

Accueil » 2017 » Cadre d’orientation stratégique pour les missions internationales des forces policières affectées au maintien de la paix : Un rôle pour le Canada

Cadre d’orientation stratégique pour les missions internationales des forces policières affectées au maintien de la paix : Un rôle pour le Canada

pdf disponible pour téléchargement

par David Beer

Si le Canada a l’intention de redorer son image de pacificateur convoitée depuis si longtemps, toute réponse stratégique pourrait inclure l’appui à la Police des Nations Unies (UNPOL) pour le Maintien de la paix (COS), en tant que marketing logique et abordable d’« Image Canada ».

Aujourd’hui, environ 13 000 policiers sont déployés dans le cadre de 18 missions de l’ONU. Des rôles de moniteurs et de reporters, les policiers sont passés à ceux de solutionneurs de problèmes, de mentors et de formateurs, protégeant les civils, sécurisant les élections, enquêtant sur la criminalité et combattant l’extrémisme. Les pays fournisseurs d’effectifs policiers (PCC) représentent cependant des normes fort variées de justice et de forces opérationnelles de forces policières qui sont un point faible du maintien de la paix par les forces policières.

Depuis 2009, la UNPOL travaille à créer une nouvelle fondation politique. On a consulté les PCC de l’ONU pour trouver, non pas les « meilleures pratiques », mais les « bonnes pratiques » qu’ils pouvaient adopter en tant que politique collective pour le maintien de la paix. Le produit, le COS, est un cadre cohérent prêt à agir comme fondation de la stratégie de l’ONU pour une paix durable grâce à la justice et à la sécurité. Il comporte des lignes directrices pour le renforcement des capacités, le commandement et le contrôle, les opérations et l’administration des forces policières et assure la préparation complète au déploiement, ainsi que des capacités opérationnelles plus étendues. Restreignant la diversité chez les PCC, il précise les capacités et les normes et donne aux services opérationnels des orientations et des conseils pour les missions « intégrées » dirigées par le civil.

Le COS met l’accent sur la transparence et la responsabilité, sur les principes du consentement et de l’impartialité et sur le recours à la force justifiée seulement. C’est un modèle de globalisation policière qui n’est influencé n’est pas influencé par les préjugés, le racisme ou la corruption, ces maux actuels qui s’insinuent dans les systèmes, si bien fondés qu’ils soient. Appuyé par les droits humains, l’égalité des genres, la protection des vulnérables, la lutte contre la violence et l’exploitation et la prédominance du service communautaire, le COS est une norme de « bonne pratique » fondamentale pour tout système policier.

Dans les années 1990, la nature changeante du conflit, le conflit au sein des États était devenu chose plus courante que celui entre États, le traditionnel maintien de la paix avait gagné en importance, pour se doter de stratégies alternatives et inclusives. On reconnaissait l’importance d’une justice fondamentale en tant que fondement durable de sécurité et de développement. Aujourd’hui, les missions des forces policières civiles sont souvent complexes et dangereuses, comprenant parfois des membres de la direction qui établissent et maintiennent la sécurité et surveillent, conseillent, forment et renforcent les compétences nécessaires au développement de compétences locales durables.

Si le rôle fondamental des forces policières – la sécurité interne grâce au renforcement de la loi et à la prévention du crime – est une idée universelle, « servir et protéger » est interprété différemment dans le monde. Les ressources et la pratique policières parmi les États membres de l’ONU représentent une grande diversité d’expérience, d’expertise, de technique, de formation et d’habiletés policières. Elles proviennent de différents systèmes judiciaires, reflètent de différentes cultures, sociétés, religions et langues. Il n’est pas rare aujourd’hui que les missions policières se composent d’une bonne quarantaine de pays. Ajoutons à cette réalité de persistants défis logistiques, des environnements conflictuels dynamiques et dangereux, des déploiements rotatifs des contingents et des mises en garde nationales où des états stipulent et même restreignent les affectations de déploiements de leurs représentants policiers nationaux, et l’on comprendra mieux la formule complexe des missions.

Dans un méticuleux processus visant à normaliser et à améliorer le rendement du personnel policier de l’ONU, cette dernière a fait des efforts concrets pour identifier les rôles, responsabilités, habiletés et compétences et créé le Cadre d’orientation stratégique pour les missions internationales des forces policières affectées au maintien de la paix, un plan cohésif et cohérent destiné à relever les défis des mandats complexes des après-conflits modernes.

Référence :
Strategic Guidance Framework for International Police Peacekeeping

 


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s